Un pont se reflète dans l’eau

Un petit pont se reflète dans l’eau d’un ruisseau par une des dernières journées d’un bel été indien. La surface miroitante de ce ruisseau commencera bientôt à se couvrir de feuilles mortes, après que les arbres qui le surplombent aient commencé à revêtir leur belle robe d’automne…

Un pont se reflète dans l'eau sous les feuillages encore verts des arbres de la forêt
Un pont se reflète dans l’eau 

Champignons en automne dans la forêt de Ferrières

Ce dimanche nous avions une bien belle journée d’automne, bien ensoleillée, quoiqu’un peu fraîche (il faisait 4 °C en milieu de matinée). Comme dans beaucoup de massif forestiers franciliens, en général facilement accessibles et aux allées bien aménagées et balisées, de nombreux joggeurs, VTTistes et autres promeneurs du dimanche parcouraient la forêt régionale de Ferrières, située en Seine et Marne. On y rencontrait même un photographe amateur de nature, qui y « promenait » son appareil photo, histoire de capturer quelques images d’automne… 😉

Sur le bord d’une des allées de cette forêt de Ferrières, quelques petits champignons poussaient sur une vieille souche d’arbre, recouverte de mousse humide, de quelques coques de châtaigne, et de feuilles mortes…

Des champignons en automne sur une vieille souche d'arbre dans la foret de Ferrieres
Des champignons sur une vieille souche d’arbre, forêt régionale de Ferrières (Seine et Marne)

La lumière à contre jour permettait ici d’éclairer par transparence les feuilles mortes et les champignons, mais sous cet angle de vue, elle créait également des reflets parasites dans l’objectif. Le pare-soleil de l’objectif ne suffit pas toujours, et la parade dans cette situation a simplement consisté à se servir d’un objet (j’utilise en général une simple feuille de papier, une carte, voire ma main) pour protéger l’objectif de la lumière directe du soleil et éviter ces reflets, tout en faisant attention à ce que ce pare-soleil improvisé n’apparaisse pas dans le cadre… C’est du système D, mais c’est efficace… Cette photo de champignons a été prise à main levée avec une vitesse d’obturation de 1/15° de secondes, ouverture f9 en grand angle, et la sensibilité poussée à 640 ISO, en utilisant un filtre polarisant.

Automne dans les bois, des feuilles mortes sur des rochers

Automne dans la forêt de Rambouillet : Toujours dans la série des photos mises à jour avec une version haute définition pour fond d’écran (2406×1600 pixels), voici une autre photographie prise dans le Vaux de Cernay (Yvelines).

Cliquez sur la photographie ci-dessous pour accéder à ce fond d’écran d’automne haute définition (et bien d’autres !), disponible(s) à partir de la page suivante.

Des rochers en automne dans les bois, recouverts de feuilles mortes
Des rochers en automne dans les bois, recouverts de feuilles mortes

De nombreuses feuilles mortes s’amoncellent sur les rochers de cette petite clairière, réchauffée par la douce lumière d’un soleil d’automne. En contrebas, j’entends toujours le ruissellement du Ru de Vaux qui s’écoule en aval de l’étang de Cernay, tandis qu’un léger vent d’automne se lève et fait frissonner les branches des arbres, invitant leurs feuilles à aller rejoindre leurs compagnes sur le sol de la forêt…

Eaux vives en automne

Les eaux vives du Ru de Vaux, dans la forêt de Rambouillet, photographiées en automne, charriant sur cette photo quelques feuilles mortes et petites brindilles tombées de-ci de-là le long de ses berges dans la forêt.

Après avoir dévalé le long de la colline, le petit ruisseau pénètre dans le Vaux de Cernay, et perd de sa vitesse au fur et à mesure que la pente s’adoucit, pour finir par couler bien tranquillement dans ce vallon, avant d’alimenter d’abord quelques petites zones marécageuses, et ensuite  l’étang de Cernay.

Les eaux vives d'un petit ruisseau en automne dans la vallée de Chevreuse
Les eaux vives d’un petit ruisseau en automne dans la haute vallée de Chevreuse (forêt de Rambouillet).

Un petit coin de nature photographié par une belle journée d’automne, bien ensoleillée. Le trépied a été nécessaire pour prendre cette photo, pour une pose de près de  5 secondes, afin de donner cet aspect presque gélatineux à l’eau du ruisseau en mouvement, et mettre plus en évidence les rochers au milieu de ce ruisseau ainsi que les quelques feuilles mortes qui s’amoncellent à la surface de l’eau.

Comme je l’ai fait ces derniers temps pour de nombreuses photographies, cette photo a été remplacée par une version haute définition (wallpaper de 2406×1600 pixels).

Cygnes en automne

Une journée de pluie d’automne, des cygnes nagent dans un étang.

Cette photo a été prise par une journée d’automne pluvieuse, temps bien de saison, qui ne m’avait pas empêché de vouloir prendre un peu l’air. C’était donc parti pour une balade en forêt de Chantilly dans l’Oise, autour des étangs de Commelles. Arrivé sur place, la pluie, assez fine tout d’abord, s’est intensifiée. Mais le chemin qui contourne l’étang étang était en grande partie abrité par les arbres pas encore totalement effeuillés, lesquels protégeaient partiellement de la pluie. De nombreux promeneurs du dimanche continuaient par ailleurs leur balade dans la forêt, Kway sur le dos…

Se promener dans une forêt au bord d’un étang, en automne et sous la pluie permet de profiter d’une ambiance particulièrement reposante : il y avait un silence d’or, interrompu seulement par les clapotis réguliers des gouttes de pluie à la surface de l’étang, les bruits de mes pas qui crissaient sur les brindilles et les feuilles mortes détrempées qui couvraient le sol, et ponctuellement par quelques cris d’enfants qui jouaient au loin, sur le chemin de l’autre côté de l’étang… et bien entendu le bruit de l’obturateur de mon reflex.

Des cygnes dans un étang sous une forte pluie d'automne
Des cygnes dans un étang sous une pluie d’automne (forêt de Chantilly, Oise)

Mon Nikon n’étant pas tropicalisé, quelques précautions étaient nécessaires pour l’utiliser sans qu’il ne souffre de la pluie, en l’essuyant fréquemment avec un chiffon, et ne le sortant du sac photo qu’au moment de la prise de vue. J’ai d’ailleurs toujours procédé ainsi et aucun de mes boîtiers ou objectifs n’a eu jusqu’à présent à souffrir de l’humidité.

Au cours de cette balade automnale, je passe à côté de trois cygnes qui nageaient entre la rive et la zone marécageuse située sur cette partie de l’étang, pas du tout perturbés ni par la pluie, ni par ma présence que j’essayais de faire aussi discrète que possible pour ne pas qu’ils s’éloignent… Juste le temps d’immortaliser leur passage sur ma carte SD….