Carnet de Voyage : un week-end à New York

(article publié en février 2009, édité en mai 2016)

New-York est parait-il la destination privilégiée des français au pays de l’Oncle Sam. Ce n’est pas étonnant, après tout d’un point de vue historique la plupart des immigrants des XIX° et XX° siècles qui arrivaient d’Europe entraient aux Etats-Unis par le port de New-York. New York a ainsi toujours été plus ouverte au vieux continent que d’autres grandes villes américaines. New York est une ville unique en son genre aux USA, cultivant le mélange des genres et des cultures, une ville qui ne dors jamais, toujours en pleine effervescence. Cette ville est souvent prise comme symbole de la démesure américaine, avec notamment ses forêts de gratte-ciels plantées au début du XX° siècle. On l’adore ou on la déteste, mais dans tous les cas cette mégapole laisse pas indifférents ses visiteurs.

Partir juste pour un week-end de trois ou quatre jours à New York ne permettra pas de tout découvrir de cette ville, il y a tant de choses à y voir, tant d’activités à y faire. On ne peut pas vraiment non plus pour un séjour d’aussi courte durée visiter les nombreux musées de la ville, sauf peut être au pas de course.  Cependant passer juste un week-end à New York  permettra, sans trop se ruiner, d’avoir en quelques jours un premier contact avec  La Grande Pomme. Cela dit autant vous prévenir, vous risquez ensuite d’attraper le virus et d’avoir une irrésistible envie d’y retourner pour une durée cette fois plus longue. Les guides touristiques conseillent d’ailleurs d’y passer une semaine ou deux pour pouvoir vraiment en profiter.

Pour ce qui me concerne, je me suis contenté de visiter une partie de Manhattan. Voici donc un aperçu de mon week-end à New York :

Jour 1 – Arrivée à New-York & promenade en ferry

Si la plupart du temps les européens atterrissent à l’aéroport de JFK, notre vol quant à lui a atterri à Newark, dans le New-Jersey. Nous avions réservé une navette pour rejoindre Manhattan. Le trajet en voiture jusqu’au quartier de Time Square, où se trouvait notre hôtel, était assez rapide (en dehors des heures de pointe).

Pour la petite histoire, en bon français moyen on peut être surpris lorsqu’on découvre les routes américaines, qui sont en assez mauvais état.  On peut trouver un début d’explication dans la quantité de routes à entretenir et la rudesse du climat sur la côte est (écarts thermiques…). Il n’empêche que lorsque  notre mini-bus est passé à la barrière de péage autoroutier, l’état des cabines de péage (dont la quantité de rouille apparente laisse supposer qu’elles n’ont pas vu la couleur d’un pot de peinture depuis belle lurette), me faisait plus penser à un équipement routier venu tout droit du fin fond d’un pays de l’Est qu’à celui qu’on s’attend à voir à quelques kilomètres de la capitale économique américaine…

Après avoir traversé la rivière Hudson par le tunnel Lincoln, nous arrivons à Time Square. Le temps de récupérer les clés et de déposer les bagages dans notre chambre, nous ressortons pour faire un premier tour du quartier. Et nous voilà immédiatement plongés dans la jungle urbain, tout y est : les sirènes des véhicules d’urgence, les new-yorkais qui courent dans tous les sens, les voitures et camions qui foncent à toute vitesse dans les rues défoncées (attention en traversant !), et  par endroits d’étranges cheminées laissant s’échapper d’épais nuages de vapeurs, et bien entendu les écrans géants qui tapissent les façades des immeubles des quartiers de Time Square et Broadway. Il est environs 15 heures locales, nous prenons le métro pour nous rendre au sud de Manhattan et y prendre le ferry de Staten Island.

Le ferry reliant le sud de Manhattan à Staten Island était gratuit. Quoi de mieux, après 8 heures passés dans un avion, que de s’aérer avec une petite balade en bateau. A cours de cette traversée de la baie de New York, nous passons devant Ellis Island (où accostaient les immigrés américains), et bien entendu devant l’incontournable Liberty Island, et sa célèbre statue. Il est toujours amusant de penser que la matin vous vous trouviez sur le périph parisien et que l’aprés midi même vous êtes  tranquillement assis sur le pont d’un ferry, à admirer la Statue de la Liberté, monument ô combien symbolique des Etats-Unis d’Amérique ainsi que de la ville de New-York elle même.

Une fois arrivés à Staten Island, il n’y avait qu’à descendre du ferry pour remonter immédiatement dans celui en partance pour Manhattan et revenir au point de départ, en repassant à nouveau devant la Statue de la Liberté, avec en toile de fond les gratte-ciels du sud de Manhattan, éclairés par le soleil couchant.

Remarques : si vous prenez la ligne 1 du métro new-yorkais pour vous rendre au ferry de Staten Island, seuls les premiers wagons du train vous permettront de descendre au terminus (la station South-Ferry). Pensez donc à vérifier que votre wagon vous permet bien d’y descendre. C’est d’ailleurs sensé être annoncé par le conducteur, mais sincèrement le commentaire hurlé dans les haut-parleurs était complètement inaudible, même pour les locaux ou les anglophones natifs…  Cependant des affiches dans les voitures sont là également pour le rappeler. Notez également que le ferry reliant le sud de Manhattan à Staten Island ne s’arrête pas sur Liberty Island (il ne fait que passer devant), et ne vous permettra donc pas de vous rendre au pied de la Statue de la Liberté. Pour vous rendre sur Liberty Island,  il vous faut prendre à Battery Park le ferry Statue of Liberty & Ellis Island (ferry quant à lui payant). Notez que depuis le 11 septembre 2001, des mesures de sécurité limitent l’accès à la statue elle même, et vous devrez faire preuve de patience aux points de contrôle, surtout en période de pointe…

Le ferry ayant accosté à Manhattan, nous quittons le terminal pour visiter le quartier (« downtown »). Nous passons à côté de Battery Park, puis dans le quartier financier de Wall Street, pour terminer au niveau du chantier de reconstruction de Ground Zero. C’est sur place, en réalisant le vide immense laissé après l’effondrement des deux tours jumelles du World Trade Center, que l’on prend réellement la mesure du drame du 11 septembre 2001…  [edit : (mai 2016) Dorénavant le paysage a évolué, depuis la fin de la construction de la nouvelle tour 1WTC]

La nuit est tombée, et ce quartier d’affaires devient bien calme. Nous reprenons le métro pour retourner du côté de Time Square et des théâtres de Broadway. Si ce quartier était déjà impressionnant en milieu de journée, à la nuit tombée cela devient un feu d’artifice permanent de lumières colorées et publicités fixes ou vidéos, quelque soit la direction où l’on porte le regard…

Jour 2 – Manhattan Midtown

Le lendemain matin, après un copieux petit déjeuner dans un Starbuck à côté de l’hôtel, nous prenons la direction de l’Empire State building. Arrivés juste au moment de l’ouverture, nous évitons d’avoir à faire la queue au niveau des contrôles de sécurité. Le passage est d’autant plus rapide que nous avions déjà nos billets, achetés sur Internet depuis Paris. Et hop, direction le sommet ! Arrivés sur la plate-forme d’observation, c’est tout New-York, et plus particulièrement Manhattan midtown (=le centre de Manhattan), qui s’étend à vos pieds : Central Park,  l’Hudson river et l’East river,  la 5° Avenue et la cathédrale St Patrick, le quartier de Time Square, et d’autres gratte-ciels célèbres comme le Chrysler building ou le Rockfeller center.  Au sud nous pouvons voir le Flatiron building (le premier gratte-ciel construit à New-York, qui doit son nom à sa forme triangulaire, semblable à celle d’un fer à repasser…), puis au loin les gratte-ciels de Manhattan downtown, et enfin en arrière plan dans la baie on distingue tout juste la Statue de la Liberté qui émerge de la brume. C’était un beau début de journée, bien ensoleillée, avec juste un peu de brume qui se levait au-desus de l’East river.

Étape suivante, nous descendons  la 5° avenue, histoire de voir d’un peu plus près le Flatiron building et le quartier avoisinants.

Sur le retour, nous nous arrêtons à la New York public library, la bibliothèque municipale de New York, dont la beauté des salles de lecture, ornées jusqu’au plafond de bois magnifiquement sculpté, vaut vraiment le coup d’oeil.

Un peu plus haut  au nord sur la 5° avenue, il y a  le Rockfeller Center et sa patinoire, la Cathédrale St Patrick, puis de nombreuses boutiques souvent intéressantes, mais hors de prix pour certaines… Puis l’avenue débouche sur l’immense Central Park, avec ses nombreuses allées, patinoires, lacs, ponts, fontaines, pelouses, bosquets, ainsi que ses cygnes, canards ou écureuils… Un véritable poumon vert au coeur de cette mégapole… Central Park est immense, et visiter ce parc en entier peut vous prendre du temps, mais même si vous ne faites qu’y passer rapidement, il fait partie d’un des lieux incontournables de New-York.

Remarque : Central Park est maintenant considéré comme sûr, même s’il est toujours conseillé de ne pas s’y rendre seul, notamment dans les endroits déserts. En revanche, à la nuit tombée, les guides touristiques conseillent clairement d’éviter Central Park…

En sortant de Central Park, nous faisons un crochet rapide vers le Natural history museum. Puis nous redescendons au sud de la 5° avenue, pour aller jusqu’à la gare de Grand Central terminal, avec son somptueux hall d’attente, puis nous continuons un peu plus loin vers le Chrysler building, qui est probablement le plus bel immeuble de style Art-Déco dans cette ville.

Jour 3 – Chantons sous la pluie…

Pas de chance, aujourd’hui c’est jour de pluie. Nous en profitons pour faire les boutiques sur Broadway et Time Square : séquence souvenirs pour les enfants dans l’immense magasin Toys’r US, séquence gourmandise & calories dans la boutique M&Ms (je n’imaginais pas que l’on puisse inventer autant de variantes de ces chocolats, ni autant de produits dérivés sur ce même thème…), puis visite du grand magasin MACY’S, etc…  Nous allons ensuite faire un tour du côté des quartiers de Soho, avec ses restos et boutiques branchés, pour finir par Little Italy et China Town.

Le soir, nous retournons sur Midtown, pour aller au sommet du Rockfeller center (« Top of the Rock »). La terrasse panoramique permet d’admirer New York et ses principaux monuments by night, dont l’Empire State building.  Malheureusement pour nous la météo n’était pas en notre faveur, et au sommet du gratte ciel nous avions droit en plus des averses par intermittence à de belles bourasques de vent. Des conditions un peu difficiles pour prendre des photos nocturnes à main levée, mais j’en ai gardé des souvenirs autant humides qu’impérissables… 😉

Jour 4 – dernière journée à New York, retour sur Paris…

Pour le dernier jour, le beau temps est revenu. Nous prenons un petit déj’ dans un self, et dégustant mon cheesecake je regardais d’un oeil distrait les écrans géants diffusant de belles images de paysages sur la façade d’une banque à laquelle, à l’époque, j’avais à peine prêté attention :  Lehman Brothers…

C’est la dernière matinée à New-Yok, nous profitons du beau temps pour aller sur le pont de Brooklyn. En taxi pour gagner du temps. Le yellow cab nous dépose au niveau de City Hall, juste en face de l’accès piétons et cyclistes. Le pont de Brooklyn est décomposé en deux niveaux de circulation : un réservé aux voitures, un autre, au-dessus, réservé à la circulation piétonnière et cycliste (qui ont d’ailleurs chacun leur propre « voie » de circulation sur la passerelle). Depuis le pont nous apercevons au nord les gratte-ciels du quartier de Midtown (Empire State Building, Chrysler building…), le pont de Manhattan, et bien entendu les gratte-ciels du sud de Manhattan (downtown), tout proche. Au loin dans la baie de New York, on aperçoit également la Statue de la Liberté.

Nous continuons notre balade dans le quartier,puis c’est le moment de rentrer à l’hôtel, pour finir de préparer les bagages, et reprendre la navette pour l’aéroport.

Conclusion

Avant d’y aller j’étais plutôt mitigé sur cette ville. J’avoue que si j’ai toujours été tenté par un voyage aux Etats-Unis, c’est plutôt pour y découvrir les grands parcs naturels américains (un de mes rêves…). Le premier préjugé que l’on peut avoir quand on  pense à New-York est justement ce côté froid,  écrasant et grisâtre que l’on voie dans les films et séries tv américains. Même s’il y a une partie de vrai dans cette image qui nous est donnée de New-York, la variété du paysage urbain New-yorkais et la richesse architecturale de ses gratte-ciels et monuments, font disparaître ces préjugés… Malgré ces aprioris, j’ai vraiment apprécié l’ambiance qui se dégageait de cette ville l’amabilité et le professionalisme des gens que nous avons eu l’occasion de rencontrer dans les commerces et restaurants (les cafetiers français seraient bien inspirés de les imiter…).

Je compte bien retourner dans cette Grande Pomme histoire d’en croquer encore un morceau…

Quelques publications relatives à New York sur Photo-Paysage.com :

Quelques petits conseils utiles

Voici quelques petits conseils basiques, pour plus de détails, je vous invite à vous référer à votre guide touristique préféré :

  • les guides : justement puisqu’on en parle,  prenez le temps de vous procurer un bon guide récent et complet sur New-York, incluant cartes, plans de métro, informations touristiques. Que vous restiez seulement un week-end ou plusieurs semaines à New York, il est conseillé de préparer à l’avance un petit programme pour ses visites…
  • se déplacer : vous serez probablement amenés à prendre le métro, ou le taxi (qui est très abordable par rapport aux tarifs en France), mais le mode de transport à privilégier à Manhattan restera… vos pieds. Une bonne paire de chaussures adaptée à la marche est donc appréciable… D’autant plus que le métro new-yorkais n’est ni aussi pratique, ni aussi propre ni aussi sûr que notre bon vieux métro parisien…
  • l’hôtel : prenez de préférence un hôtel situé en plein coeur de Manhattan, cela vous évitera matin et soir de devoir perdre du temps dans les transports en commun pour arriver aux sites touristiques.
  • les restos : sauf s’il s’agit de self services, les serveurs sont rémunérés au pourboire (« tips »), ne les oubliez pas, les français n’ont justement pas très bonne réputation pour ça… 😉
  • avant de vous rendre aux USA, préparez suffisamment à l’avance toutes les formalités administratives : assurez vous d’avoir un passeport valide, consultez le site de l’ambassade US à  Paris pour connaître les formalités nécessaires, prenez une assurance/assistance, si vous prenez votre téléphone gsm, assurez vous qu’il fonctionne aux US  et faites attention au coût de la communication qui peut grimper très vite, etc…


 

5 réponses sur “Carnet de Voyage : un week-end à New York”

  1. Ping : Landscape-Photo.net : the blog » Blog Archive » Travel diary : a week-end trip in New York
  2. Ping : Photo du jour : panorama sur la baie de New-York « Photo-Paysage.com : Le blog
  3. Enchantée par votre site on ne peut plus intéressant, je me suis permise de le référencer sur la communauté de voyageur Trivago. Cela vous permettra d’obtenir un peu plus de lecteurs mais surtout fera que ce site sera connu par de nombreux touristes. Il vaut tellement le détour que je n’ai pu m’en empêcher 🙂 Un super boulot et un merveilleux guide, superbement écrit. Merci à vous 🙂

  4. Bonjour,
    A la recherche d’informations sur internet, j’ai découvert votre site, que je n’ai pu m’empêcher de référencer sur trivago, pour sa richesse en informations et les superbes photos qui les documentent.
    je tenais à vous en témoigner et à vous encourager dans ce joli travail que vous avez entrepris.

    Bien amicalement
    Mikaella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.